MES GUITARES par Jubaea

 

HOME

 

 

 

2017© DL

 

2012 LE PAPE STEELBIRD

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

 

 

 

 

Quelques détails

Petite personnalisation de ma guitare par Loïc

 

 

Le travail de la jonction manche bois/corps acier

 

 

Le vibrato Maestro court

 

 

Musikhaus Thomann Linkpartner

 

UN PEU D'HISTOIRE :

La naissance de ma Le Pape SteelBird «Non-Reverse» est liée à la commémoration de mon cinquantenaire.

 

J'ai commencé par chercher le cadeau qui me conviendrait le mieux pour marquer cette date anniversaire, mais honnêtement, je n'ai pas eu à réfléchir bien longtemps tant il était évident pour moi que le cadeau qui me contenterait le plus serait une nouvelle guitare, et pour être plus précis, ma vingtième guitare.    Seulement voilà, arrivé à ce stade de mes réflexions, je rencontrais mon premier sérieux problème, laquelle choisir ???    Car il y en a encore quelque unes que j'espère un jour accrocher à mon mur...

 

La Gibson Firebird «Non-Reverse» étant une guitare assez présente dans le monde de la musique Pop Britannique que j'apprécie particulièrement, elle figurait naturellement en bonne place dans ma liste, et puis je suis assez fan de Gem Archer alors logiquement, c'est elle que j'ai choisi, pour être clair, une Gibson Firebird lll «Non-Reverse», comme celle de Gem Archer.    Ceci étant, il subsistait quelque chose qui me turlupinait, acheter une Gibson Firebird lll «non reverse» n'était pas plus extraordinaire, pas plus marquant comparé à l'achat de mes précédentes guitares..., il s'agissait quand même de mon cinquantenaire...

 

C'est alors que l'idée m'est venue de me faire fabriquer une guitare personnelle et un peu extraordinaire par un luthier, ça, ce serait marquant.

 

Et c'est ainsi que je suis arrivé au bout de mon raisonnement.    Le côté extraordinaire serait assuré par la conception même de cette guitare.    Traînant régulièrement mes guêtres sur le forum du site guitariste.com, je connaissais le travail de Loïc Le Pape, luthier de son état, dont la particularité était de concevoir des guitares en acier, mais surtout, j'avais connaissance de l'enthousiasmante satisfaction de tous les utilisateurs des guitares créées par Loïc Le Pape.    J'ai parcouru son site, fait quelques recherches sur le net, pour savoir si Loïc Le Pape avait déjà réalisé une Firebird «Non-Reverse».    Par chance, si Loïc avait déjà réalisé une Lefty FireSteelbird «Reverse», il n'avait jamais fabriqué de «Non-Reverse».    Bingo, il ne me restait plus qu'à jeter les dés.

 

Nous sommes le 29 décembre 2011, il est 0h59, et j'envoie un mail à Loïc, lui exposant mon projet.    Quelle ne fut pas ma surprise de couche-tard, quant à 2H30 ce même 29 décembre 2011, je reçois une réponse à mon mail, que voici:

 

        «Je vais être honnête avec vous ..., à Londres j'ai eu l'occasion de bosser un peu sur la guitare d'un guitariste (très) connu il y a 15 jours, c'est une Gibson Non-Reverse de 67 (Vibrola, Wraparound et 3 p90).    Depuis, l'envie d'en fabriquer une me tarabuste totalement...    Je n'en ai pas réalisé mais j'ai pris toutes les cotes sur celle-ci pour en faire une, c'est étonnant que vous m'en parliez à cet instant précis!!!    Mon téléphone est le 0682xxxxxx ou le 0471xxxxxx, je suis à votre disposition pour en discuter, cordialement, Loïc»

 

Comment peut-on imaginer une pareille coïncidence ???    Sans se connaître, à plusieurs centaines de km de distance l'un de l'autre, Loïc et moi, étions en train d'élaborer le même projet.

 

Dès le lendemain, c'est même Loïc qui prit l'initiative du premier appel téléphonique, à l'occasion duquel nous avons papoté guitare, de musique pop rock punk Anglaise, que Loïc affectionne également, et bien entendu, de mon projet.    C'est là que j'ai pu me rendre compte à quel point Loïc était tout aussi excité par l'idée de fabriquer cette guitare que moi de la lui commander.

 

Ensuite, ce fut l'attente.    Neuf mois d'attente précisément.    Amusant encore ce délai, celui-là même qui convient à la gestation d'un enfant, mais que ce délai est long quand il correspond à l'attente de son nouvel instrument...

 

····························································································

 

MON AVIS :

La première surprise, lorsqu'on s'empare d'une Le Pape, tient en sa matière.    En effet, si je savais, et pour cause, à quoi m'attendre, la plupart de mes amis s'y sont laissé piéger, pensant à première vue, qu'il s'agissait d'une guitare en bois et se rendant subitement compte qu'elle est en acier.    Alors forcément, la deuxième surprise, c'est le poids de ma Le Pape SteelBird «Non-Reverse», 4 kg.    C'est assez lourd, mais pas exceptionnel.    A titre de comparaison, ma Fender '62 Custom Telecaster pèse 3 kg 800, et il n'est pas rare que certaines SolidBody dépassent allègrement les 4 kg.

 

Malgré son poids, c'est une guitare confortable car bien équilibrée, il convient simplement de s'acclimater à sa taille.    La Firebird, qu'elle soit «Reverse» ou «Non-Reverse», c'est l'Adriana Karembeu de la guitare.    Plus d'1m10 de longueur, du Straplock à l'extrémité de la tête, une longueur habituelle pour les basses alors que les guitares traditionnelles atteignent à peine ou tout juste le mètre.    En cause, d'abord les 23 cm de longueur de la tête de la guitare, c'est 5 cm de plus qu'une tête Gibson Open Book ou qu'une tête Fender.    Ensuite la forme particulière du corps qui s'allonge vers l'arrière, puis aussi parce que les 22 cases du manche se trouvent à l'extérieur du corps.    Bref, dans certaines situations, il est prudent de s'en rappeler.    Bon, pour ça, heureux possesseur d'une Gibson Firebird «Reverse», j'étais déjà habitué.

 

Son corps donc, est en acier, ainsi que le Pickguard.    La sous face comporte une défonce stomacale et est en acier perforé pour alléger l'ensemble.    J'ai choisi une finition Sunburst «reliquée», car le «reliquage» est également une des spécialités de Loïc, et le résultat est à mes yeux vraiment réussi.

 

Le manche est en Acajou.    Loïc a beaucoup travaillé pour obtenir le résultat que j'attendais.    Il est parti d'un manche rounded '54 pour le profiler à mes souhaits façon slim '60.    La touche est en Palissandre, profilée et planifiée pour obtenir un radius de 12".    J'ai également demandé à Loïc qu'il me pose des frettes vintages fines comme on en trouve sur les Fender vintages, et pour finir, j'ai opté pour une sous face à finition satinée.    Le résultat est enthousiasmant, ce manche est pour moi presque le manche parfait, extrêmement confortable, facile et rapide à jouer, même pour moi qui ne suis pas soliste.    Je dois également avouer que je suis encore aujourd'hui hautement impressionné par la jonction du manche au corps en métal.    C'est vraiment un travail que je qualifie d'exceptionnel.    Je sais que le mot peut paraître fort, voire exagéré, mais pour moi non, je n'en trouve pas d'autre.

 

Enfin, l'extrémité du manche se termine par la fameuse tête en bec de Faucon et ses 6 mécaniques en ligne.    Pour les mécaniques, toujours en réponse à la présence du Vibrola, Loïc a choisi des mécaniques à blocage Kluson, afin d'améliorer la tenue de l'accord.

 

L'électronique est constituée de trois micros P-90, chaque micro possédant son propre potentiomètre de volume alors que la tonalité est gérée par un potentiomètre général.    Le sélecteur est du type Fender, à 5 positions: Neck, Neck middle, Middle, Middle Bridge, Bridge.    Elle est équipée, comme je l'ai déjà indiqué ci-dessus, d'un Vibrola Maestro court Gibson, et d'un Roller Bridge Wilkinson.

 

Comme je ne suis pas un technicien, mis à part que je voulais des micros P-90, je n'avais pas d'idée préconçue pour le choix de la marque.    Une nouvelle fois, j'ai laissé parler l'expérience de Loïc.    Il a suffi que je lui expose ma préférence pour les sons clean façon Britpop, et il a choisi d'équiper ma guitare de P-90 Kent Armstrong.    Ce qui fait que l'on peut tout jouer avec cette guitare.    Elle tire la niaque du chien de rue de son micro chevalet, le son est net, vif et tranchant, alors qu'elle peut hurler le blues du chien perdu de son micro neck, le son est velouté mais toujours précis.    Enfin, son micro central, conjugué aux deux micros neck et bridge, lui offre un palette sonore très «Fenderienne» par le jeu du switch 5 positions.

 

Ce qui est tout à fait étonnant, c'est le silence de cette guitare.    De par sa conception, elle n'émet pour ainsi dire, pas le moindre souffle parasite, les micros étant comme enfermés dans une cage de faraday.    J'ai, grâce à elle, retrouvé le bonheur d'une vieille pédale BOSS CE-3 qui avait fait le son de mes 20 ans, mais que je n'utilisais plus depuis de très longues années à cause de son souffle, souffle qui disparaît presque totalement lorsque j'enclenche ce Chorus avec ma Le Pape.

 

Que pourrais-je ajouter de plus ?    Ah, si, que Loïc m'a personnalisé cette guitare en y ajoutant sur le Pickguard, sous le Faucon peint de sa main, la date du jour ou les Beatles entrèrent dans le studio 3 d'Abbey Road pour y enregistrer «Love Me Do» et une demi-douzaine d'autres chansons.    J'avoue qu'on a trouvé pire comme jour pour mettre les pieds sur terre, non ?

 

Voila.    Quand je joue de ma Le Pape SteelBird «Non-Reverse», je me sens bien incapable de décrire le quart des sensations qui font surface, car cette guitare est comme «magique».    Elle est le fruit des longues discutions passées avec Loïc, elle s'est chargée d'une partie de mon histoire, surtout, elle laisse échapper toute la passion que Loïc a de son travail, et finalement, je sens, à chaque fois, que Loïc a aimé me réaliser cette guitare.

 

        A bon entendeur...   www.LoicLePapeSteelGuitars.com