MES GUITARES par Jubaea

 

HOME

 

 

 

2017© DL

 

2011 GIBSON SG '61 REISSUE

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Weller, avec sa Gibson SG Standard de 68

 

 

 

Musikhaus Thomann Linkpartner

 

UN PEU D'HISTOIRE :

La commercialisation de cette Gibson a débuté en 1961.    L'intention première affichée par Gibson à la fin des années 50 est de créer une version modernisée et moins chère à produire de la Gibson Les Paul, dans le but de voir se redresser le chiffre décevant des ventes du modèle.    Cette guitare est donc la nouvelle version de la Gibson Les Paul et remplace purement et simplement la Gibson Les Paul telle qu'on la connaissait jusqu'alors.    Le nom Les Paul est simplement indiqué sur le cache plastique de la vis de réglage du manche.

 

Ted McCarty avait imaginé de mettre au point une guitare pleine et légère ayant un accès aux cases aigues facilité, pour concurencer les Fender.    La SG est aussi cette Gibson dont Lester William Polfuss dit un jour que l'on pourrait se tuer avec ses deux cornes.

 

Techniquement, Gibson retire la table d'Erable qui était collée sur le fond en Acajou, redessine le contour du corps en y ajoutant une deuxième découpe Florentine, puis affine toute la tranche d'un chanfrein.    Le vibrato qui équipe le modèle est un Gibson "Sideways".

 

Dès le départ, cette Gibson Les Paul nouvelle version est un succès.    Les ventes décollent aussitôt, passant de 635 Les Paul venduent en 1960 à 1662 exemplaires en 1961.

 

1963, le contrat qui liait Lester W. Polfuss à Gibson prend fin.    D'un commun accord ayant pour fond des histoires de gros sous (Polfuss est en cours de divorce...), le contrat n'est pas renouvelé.    Cependant, Polfuss préfére laisser entendre au public que son départ est la conséquence de son désaccord avec Gibson au sujet de la forme de la nouvelle Les Paul, qu'il promeut pourtant depuis 1961.    Ainsi, en 1963, la Gibson Les Paul perd l'appellation "Les Paul" pour être baptisée tout simplement Gibson SG.    Les deux lettres S et G ne sont là que pour confirmer à l'acheteur que la guitare est d'une conception pleine, donc Solid Guitar, plus facilement comparable aux modèles commercialisés par Fender.

 

Comme toujours, Gibson propose au départ la SG sous trois niveaux de finition.    La Les Paul SG Standard, 2 micros humbucker P-57 classic, touche en Palissandre bordé d'un filet et repères trapèzes, logo crown sur la tête.    Un modèle d'entrée de gamme, la Les Paul SG Junior, 1 micro simple bobinage P-90, touche en Palissandre sans filet et repères points, et la Les Paul SG Custom, 3 micros humbucker P-57, touche en Ebène bordé d'un filet et repères rectangles, logo diamant éclaté sur une tête également bordées de filets multiples.    La transition entre vibrato "Sideways" et "Maestro" commence.    Avec les années s'ensuivront une pléiade de versions.

 

1966, la notoriété de la Gibson SG s'envole encore un peu plus alors que le Beatles George Harrison est filmé pour les vidéos promotionnelles de "Rain" et "Paperback Writer" avec en main une Gibson SG Standard.    Puis l'année suivante, c'est Eric Clapton qui utilise au sein de son groupe de l'époque Cream, une SG de '64 repainte façon psychedelique et qu'il va surnommer "The Fool".    Pete Towshend (The Who) prend la suite à la fin des '60s.    Mais surtout, la renommée mondiale, la SG va la connaître entre les mains d'Angus Young (AC/DC) à partir de 1975.    Enfin, chez nous dans l'Hexagone, c'est Louis Bertignac du groupe Telephone qui va populariser la SG à partir de 1976, avec son inséparable Gibson SG Junior de '63.

 

 

1986, Gibson lance la SG '61 reissue.    Cette guitare est la reproduction assez fidèle de la Standard des débuts, si ce n'est que le cache plastique de la vis de réglage du manche est noir, sans l'inscription "Les Paul", et que le modèle ne comporte pas de Tremolo Gibson "Sideways", mais soit un ensemble Tune-O-Matic / Stobar ou un Tremolo Maestro Vibrola "Lyre".

 

Gibson commercialise également une SG 1961 Les Paul Tribute d'apparance correcte si ce n'est qu'elle est équipée d'un bridge Nashville.

 

····························································································

 

MODIFICATIONS :

J'ai remplacé le TRC par un modèle Historic, et le capuchon du switch à bascule Cream par un capuchon Ambre.

Le Bridge Nashville par un Faber '59 (type ABR) non wired.

J'ai posé un Vibrola Maestro Lyre Gibson.

 

····························································································

 

MON AVIS :

J'ai acheté cette guitare d'occasion, une Gibson SG '61 reissue de 2011, car on la trouve relativement facilement à +/-900,00€.    Cela faisait pas mal de temps que je voulais une SG, sans savoir vers quel modèle me tourner car il y en a tellement.    L'impératif pour moi était qu'elle ait un Vibrola Maestro.    Je me suis aidé du comparatif très bien rédigé de quelqu'un qui possède et une Standard et cette '61 reissue.    C'est là que moi choix s'est porté sur la Gibson SG '61 reissue, pour ses micros P-57 classic qui délivrent un son plus rock, et surtout pour sa ligne affinée et le profil de son manche.

 

Pour moi qui suis habitué à pendre à mes épaules des ES semi-Hollow, la SG est une guitare vraiment légère.    Elle résonne déjà bien à vide, ce qui s'avère un très bon point et laisse présager qu'elle va sonner aussi une fois amplifiée.

 

Côté finition de la lutherie, c'est très bien.    Achetée d'occasion, l'ancien propriétaire n'en a guère pris soin.    Résultat, elle accuse déjà quelques traces de chocs.    Mais pour le reste, le vernis nitro est très beau, fin, bien appliqué, il laisse apparaitre par transparence un beau grain d'Acajou au colori Heritage Cherry.    Je ne distingue aucun joint sur le corps qui serait donc d'une seule pièce.    La jonction corps/manche est très haute, avec un petit talon, ce qui permet un accès aux cases aigues particulièrement aisé, mais peut aussi fragiliser la guitare en cas de chute, alors attention.

 

Le manche est en Acajou profilé slim 60.    La touche au radius de 12" est en Palissandre, 22 cases, inserts Acrylic Trapezoïd, bordée d'un filet crème fermant les frettes.    Le sillet de tête est en Corian.    Les mécaniques sont des TonePros™ Vintage-style chromées à boutons Acrylic.

 

Tout l'acastillage est chromé, dommage, avant il était nickelé et je préfère.    Le cordier est un Stop Bar, le Bridge un Nashville, et j'ai donc changé ces 2 pièces par respectivement un Vibrola Maestro finition nickel et un Bridge Faber '59 finition nickel.

 

Les micros sont des Humbuckers '57 Classic (Alnico ll) à capots chromés.    Du bon miam miam pour cette guitare.    Le son est parfait en clean et en crunch, un peu plus brouillon en distortion, mais ça colle bien à cette guitare je trouve.    Bref, cette Gibson SG '61 reissue est une guitare ma foi très polyvallente, bien plus que ce que son image de rockeuse laisse imaginer, et surtout très attachante.

 

Elle est livrée en étui Tolex noir portant l'inscrition Gibson USA, et l'intérieur est en moumoute blanche.