MES GUITARES par Jubaea

 

HOME

 

 

 

2017© DL

 

1999 EPIPHONE CASINO

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

John Lennon, ci-dessous en 66

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musikhaus Thomann Linkpartner

 

 

 

UN PEU D'HISTOIRE :

L'Epiphone Casino est un des modèles phares d'Epiphone.    Comme on le sait, la popularité de l'Epiphone Casino est due aux ex-Beatles John Lennon et George Harrison, qui l'utilisèrent comme instrument principal lors de la dernière tournée mondiale des Beatles en 66, offrant ainsi à Epiphone une renommée internationale.    Cependant, si la firme Gibson/Epiphone utilise aujourd'hui John Lennon pour promouvoir son modèle Epiphone Casino, c'est Paul McCartney qui utilisa le premier cette guitare en studio, après s'être lui même acheté en Décembre 1964 une '62 Casino au magasin Sound City, sur Charing Cross Road à Londres.    Une Casino Sunburst pour droitier, équipée d'un vibrato Bigsby (guitare qu'il possède et utilise toujours).    C'est par exemple elle que Paul McCartney utilise en février 1965 sur l'album "Help", pour jouer la mélodie de "Ticket To Ride".

 

Fin 1965, John Lennon et George Harrison se mirent activement à la recherche de nouvelles sonorités, essayant plusieurs modèles de guitares, dont la Casino de Paul McCartney.    Ils l'apprécièrent tellement que finalement, début 1966, pendant les sessions d'enregistrement du disque "Revolver", John Lennon et George Harrison s'en procurèrent chacun un exemplaire, avec Bigsby pour George, et cordier Trapèze pour John.

 

A partir de cet instant, John Lennon remise au placard son illustre Rickenbacker Jetglo et fait de son Epiphone Casino sa guitare principale.    Il l'utilise régulièrement sur les albums des Beatles à partir de l'album "Revolver", puis ensuite au début de sa carrière solo.

 

Pour la petite histoire, on notera que la guitare de John Lennon lui a été livrée avec une singularité particulière, un œillet en plastique noir sous l'écrou du sélecteur de micro.    Cet œillet posé en usine était surnommé un "goof hider", que l'on pourrait traduire en français par "cache misère".    Il a été posé là pour masquer un petit éclat dans le bois laissé par le foret au moment du perçage de la table.

 

En 1967, John Lennon peint le fond et le dos du manche de sa Casino en blanc et gris, mais conserve la finition Sunburst de la table.    Finalement, en 1968, pour optimiser au maximum la résonance du corps de l'instrument, il va la faire décaper totalement et ne fera pas reposer le pickguard.    Un peu plus tard, il fera également remplacer les mécaniques Kluson par des Grover Rotomatic Gold.

 

Ce qui se sait moins, c'est que George Harrison a fait appliquer exactement le même traitement à son Epiphone Casino en 68.

 

George Harrison confia quand on l'interrogea sur cette opération: «Je pense que ça marche sur beaucoup de guitares... Si vous retirez la peinture et le vernis, et mettez le bois à nu, elle semble en quelque sorte respirer».

 

Dans le cadre de l'Epiphone's USA Collection, John Thomas Riboloff, ingénieur chez Gibson USA, s'est rendu en Novembre 1997 au DAKOTA à Manhattan, l'immeuble où Lennon vivait en compagnie de son épouse Yoko Ono, et où se trouvait l'Epiphone Casino de John Lennon.    Il l'a scrupuleusement mesurée et photographiée, pour la réédition en tirage limité, de 1965 exemplaires de cette guitare mythique en finition Sunburst et Revolution.    Il est important de signaler qu'une partie de la somme versée à l'achat de chaque instrument est destinée à "The BMI Foundation, Inc. for the John Lennon Scholarship Fund", la fondation de John, dont le but est la promotion de l'enseignement de la musique.    Cette Epiphone John Lennon "1965" Casino, qui porte également la fameuse rondelle plastique noire sous l'écrou du sélecteur de micro, est donc l'exacte réplique de la célèbre guitare reçue par John Lennon.

 

··················································································································

 

MON AVIS :

J'ai acquis cette guitare neuve en octobre 2008.

 

Pour être précis, elle faisait partie d'un lot de guitares qu'Epiphone a fabriqué en supplément des 1965 exemplaires prévus.

Epiphone gardait ce lot en réserve pour couvrir la période de garantie des exemplaires vendus eux dans le cadre de la collection officielle.

Une fois cette période de garantie écoulée, Epiphone a vendu les exemplaires qui n'ont pas été utilisés, bien entendu en dehors de la collection.

Ma guitare est donc exactement la même, dans les moindres détails, que celles de la collection officielle, fabrication, finition, n° de série et étui à l'effigie de Lennon inclus, mais elle n'a pas, sous l'ouïe inférieure, la petite étiquette blanche indiquant de n° d'ordre "xxxx de 1965", ni le certificat d'authenticité Epiphone format A4.

 

Cette Epiphone Casino version "1965" n'est donc pas, au sens stricte du terme, un objet de collection comme l'est ma Casino "Revolution", mais elle reste la réplique exacte de l'instrument acheté par John Lennon en 66.

 

Après examen, la finition s'avère exempte du moindre défaut, la fabrication est exemplaire, sincèrement, mais quoi de plus normal pour une guitare de ce tarif (affichée à l'époque 2.900,00€).    Il est également très satisfaisant de constater que, bien que cette guitare soit un modèle signature, elle ne comporte aucune mention ou paraphe de Lennon, seul l'étui est signé d'un autoportrait de John Lennon.

 

La prise en main est très confortable.    Le poids plume de cette guitare est son premier atout avec 2,9 kg, du fait d'un corps Hollow-Body double Cutaway, totalement creux donc.

Le dos est bombé, ainsi que la table qui comporte deux ouïes en forme de ƒ.     Le fond et les éclisses sont constitués de 5 couches successives d’Érable et de Bouleau.    Ce modèle "1965" reçoit une finition Sunburst recouverte d'une fine couche de vernis nitrocellulosique gloss du plus bel effet.

 

Côté sonorité, les micros Gibson P90's font merveille.    Le son est clair en micro chevalet, et chaud, très bluesy avec le micro manche.    On peut bien sur combiner les deux micros ensembles, car les réglages volume et tonalité sont du type Gibson standard, 2 Volumes 300k linear, 2 Tones 500k non-linear avec condensateur .022uF et un sélecteur Switchcraft 3 positions.

 

Le manche collé est fin, en Acajou, la touche en Palissandre est profilée avec un radius de 12" et bordée d'un filet simple (binding) avec des incrustations en parallélogramme.    Il est formidablement agréable à jouer, grâce à une finesse exemplaire et une action on ne peut plus basse.

 

L'accès aux aigus n'est pas aisé, car la jonction manche / corps s'opère sur la barrette séparant les 16 et 17ème cases.    Les mécaniques sont des Kluson "Deluxe".    Le bridge Gibson ABR-1 est monté avec des cavaliers nylon.    L'ensemble, associé au cordier Trapeze "Diamond", participent à une bonne tenue de l'accord.    J'apprécie également cette sensation si particulière produite par les vibrations du fond de la guitare qui se propagent contre l'estomac lorsque l'on joue, sensation que seules les Hollow-Body procurent.

 

Pour terminer, le pickguard est en plastique 3 plis blanc/noir/blanc doté d'un logo "Є" vintage en papier chromé.

 

Pour la raison que j'expliquais en préambule, ma guitare m'a été livrée sans ses "goodies", que sont le plektre collector à l'effigie de John Lennon, la clé de réglage du manche et le certificat d'authenticité portant le numéro de la guitare sur les 1965 produites, mais elle m'est arrivée confortablement installée dans un étui vintage de luxe à l'effigie de John Lennon, extérieur cuir marron marbré noir, intérieur en velours rose et linceul rose.    Je n'ai sincèrement trouvé aucun défaut à ces guitares.